Mariages Précoces / Mariages Forcés : des pratiques anachroniques à bannir

petite fille

Depuis la nuit des temps, des pratiques basées surtout sur les traditions, les valeurs et les croyances socioculturelles et religieuses sont faites dans nos sociétés. Cependant beaucoup de ces pratiques peuvent avoir des conséquences désastreuses, car d’une manière générale, ces pratiques ont plus d’inconvénients que d’avantages. C’est le cas des mariages précoces et/ou forcés qui à l’heure actuelle malgré les désolations qu’ils causent, continuent d’être faites par certaines familles dites conservatrices qui ignorent ou négligent toutes les conséquences que peuvent avoir ces pratiques qui ne correspondent plus aux réalités de l’heure que nous vivons.

Aucune tradition au monde ne doit être maintenu telle une religion du moment où sa présence devient une source de désolation, de souffrance. C’est le cas des mariages précoces dont sont le plus souvent victimes les jeunes filles. Ce sont des mariages qui consistes à marier une fille qui n’a pas encore attend l’âge de la maturité, qui n’est pas encore majeure. Ainsi la source de cette pratique remonte à très loin dans les temps immémoriaux.

S’accrochant à des coutumes et traditions, qui sans aucun doute doivent être bannis et interdits, nous remarquons qu’aujourd’hui nombreux sont encore les gens qui ont une croyance profonde en ces traditions qui pourtant à cause de leur pratique et des conséquences qui en résultent méritent d’être sanctionnées à jamais. Ce type de mariage se faisait par nos ancêtres qui le faisaient pour des raisons qui sont entre autres : préserver la virginité avant le mariage, sauver l’honneur de la famille… ou dans certains cas à cause de la pauvreté.Ces filles voient alors leur droit à l’enfance et à l’éducation volé, et leurs perspectives d’avenir et d’évolution limitées.

CAUSES

  • L’inégalité des sexes – en général, dans les sociétés où les mariages précoces et/ou forcés sont pratiqués, les filles et les femmes ont un statut inférieur à l’homme, les filles sont mariées jeunes car elles sont considérer comme un poids pour la famille
  • La pauvreté – la pauvreté  est l’un des facteurs qui poussent les parents à donner leurs filles en mariages précocement . Son mariage permet aux parents d’avoir une bouche en moins à nourrir, de s’enrichir et de créer des alliances stratégiques avec une autre famille.
  • Certaines pratiques traditionnelles – Dans de nombreux pays, l’honneur d’une famille passe par la virginité féminine. Les parents marient leurs filles bien avant qu’elles ne soient prêtes à avoir des relations sexuelles afin d’éviter qu’elles ne tombent enceinte et ne puissent plus être mariées car cela représente une honte pour eux au sein de la société.
  • La non application des lois – Même quand le mariage précoce est interdit, beaucoup de familles l’ignorent et/ou enfreignent la loi. Dans beaucoup de pays comme le mien le Mali, beaucoup de lois sont votés mais leur application n’est souvent respectée par les autorités.

Si autrefois ces mariages avaient un quelconque avantage ou qu’ils aboutissaient au meilleur, on peut dire qu’aujourd’hui tel n’est pas le cas car il n’est une énigme pour personne que ces mariages apportent plus de peines, de séquelles chez la jeune fille tant sur le plan psychologique, physique que social. La jeune fille victime du mariage précoce est confrontée à plusieurs problèmes car vu son âge immature, elle n’est pas assez mature pour faire face à la vie de couple et son corps n’est pas assez prêt pour souvent accueillir une grossesse.

Selon le rapport général de l’EDSM V, les femmes entrent en première union à un âge plus précoce que celui des hommes : la moitié des femmes sont entrées en première union avant 18 ans.

LES CONSÉQUENCES

Le mariage précoce et/ou forcé présente de graves conséquences sur la vie d’une fille, mais aussi sur sa communauté et son pays tout entier :

  • Abandon scolaire: plusieurs filles se retrouvent déscolariser à causes des mariages précoces et/ou forcés car les tâches domestiques et l’éducation des enfants ne leur en laissent pas le temps d’étudier;
  • Grossesses précoces;
  • Fistule obstétricale;
  • Mortalité maternelle et infantile;
  • Violence et abus sexuels;
  • Pauvreté.

Fanta Soumaré, jeune fille de 14 ans nous confesse sa triste destinée :

Ma souffrance a commencé le jour où mon père a décidé de mettre fin à ma scolarité en me donnant en mariage à un homme beaucoup plus âgée et qui avait déjà 3 femmes. Malgré mon refus et face aux menaces j’ai dû me résigner et je n’avais que mes yeux pour pleurer. Chaque soir mon mari me forçait à avoir des rapports sexuels et c’était des douleurs très forte que je ressens chaque fois.

Mariam Konaté enseignante, a aussi donnée son avis sur le même sujet :

Ce qui est sûr ce qu’il est plus que temps que les acteurs sociaux, les parents, les décideurs agissent pour que ces mariages précoces et forcés cessent dans nos sociétés. Si tradition n’est pas toujours sagesse alors nous devons nous en défaire de ce genre de tradition qui apporte plus de souffrance, de mal que de bien. Ceci est une injustice sociale qui doit être bannis sans délais car la jeune fille a aussi un rôle a jouée dans la société, elle doit aller à l’école, être autonome, contribuer au développement de la nation. Il faut un plaidoyer au près des décideurs, des chefs religieux, des parents pour que de telles traditions ne gâchent plus la vie de la jeune fille qui est la femme, la maman de demain et qui mérite aussi d’avoir une vie épanouie.

Sorofing Traoré



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *