Je suis Afi, jeune fille de 13ans, en classe de 6ème. Je vis avec mes parents et je n’ai pas d’amies avec lesquelles m’amuser. Dans la clandestinité, je visite un jeune garçon de 23ans, en classe de 1ère pour regarder des vidéos sur son portable et, cela aboutissait à des rapports sexuels non protégés. Arrivée à un moment, j’avais pris goût. Personne n’était au courant jusqu’au jour où j’ai ressenti  des malaises et que, mes parents m’ont amené chez la Sage-femme du Centre de Santé de mon village pour qu’on se rend tous comptent que j’étais  enceinte de deux mois. Comment cela pourrait être une réalité si je n’ai jamais eu mes menstrues ? Une question qui me revient chaque fois mais, le pire s’est déjà produit. Mes parents accusent le garçon, auteur de ma grossesse de m’avoir violé. Mais personnellement je sais que ce n’est pas le cas. Pour avoir une idée claire, des questions ont été posé à la Sage-femme. Après consultations, voici ce qui en sort comme conclusion :

  • Je n’avais pas été pas violé,
  • Je ne pouvais accoucher que par césarienne,
  • Et, si je ne sais pas faire, je n’aurai pas de lait maternel pour nourrir l’enfant car je n’ai pas de sein sur ma poitrine.

Face à cette situation, je vois toute ma vie basculée vers le chaos ! Je ne savais rien sur ma vie sexuelle. Je suis totalement perdu, je ne sais la décision de mes parents quand on sera à la maison.

Si nous analysons bien cette situation, les responsabilités se situent à plusieurs niveaux :

  • Les parents ne communiquent pas entre eux jusqu’à discuter avec leurs enfants,
  • Tout sujet sur la sexualité était un tabou dans la localité, chacun se cache pour en parler et finalement beaucoup de fausses informations passent inaperçues,
  • Il n’y a pas un centre pour des conseils aux jeunes et adolescents, même pas au niveau du canton.

Tout le rêve de cette jeune fille vient de s’écrouler dans un laps de temps. Et, si on ne sait pas faire, l’une des répercussions de cette grossesse sera qu’elle ne pourra plus se développer normalement.

A voir les conséquences de cette situation (conséquences que nous tous pouvons énumérer), on comprendrait bien l’importance des Centres Conviviaux et d’Écoutes des jeunes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *