La prolifération anarchique des grossesses non désirées en milieux scolaire devient inquiétante d’année en année malgré les efforts menés pour éradiquer le fléau.

Chaque année, plus d’une centaine de jeunes filles tombent enceinte au cours de leur cursus scolaire et ce, malgré les campagnes de sensibilisation orientées vers l’éradication complète du phénomène.

A titre d’exemple, au Togo, on a recensé 12 343 cas de grossesses de 2009 à 2013, pour une seule année scolaire (2012-2013), ce sont 7000 cas qui ont été signalés et dans ce lot, on compte les enfants du cours primaire dont l’âge est compris entre 8 et 12 ans ; laquelle situation a engendrée les décès, les avortements, les abandons des cours et biens d’autres conséquences graves.

Si aujourd’hui on recense toujours des cas de grossesses non désirées en milieux scolaires , cela ne voudrait en aucun cas dire que les nombreuses séances de sensibilisations ou actions n’ont pas  été rentable et ce n’est pas le lieu de se décourager. Les cohortes passent et il va falloir recommencer tout le temps les sensibilisations pour les nouvelles générations ; une tâche difficile mais indispensables.

Réduire les grossesses non désirées en milieux scolaire en Afrique, c’est aussi actualiser ou carrément redéfinir de nouvelles stratégies de sensibilisation ou d’actions toujours en lien avec l’initiative FP2020 , en se basant sur les leçons tirées des interventions passées.

Il est aussi primordial à ce jour, de renforcer d’une manière plus efficace, la mise en œuvre des engagements pris à MAPUTO dans le cadre du partenariat de Ouagadougou et de redéfinir de nouvelles stratégies opérationnelles en vue d’une bonne exécution des engagements à tous les niveaux.

Enfin, chaque Etat doit faire appliquer avec rigueur les lois de protection des jeunes filles, à l’exemple de la loi du 16 Mars 1984 du TOGO. Même si l’Etat doit redéfinir des nouvelles grandes orientations, les OSC, surtout celles dirigées par les jeunes doivent continuer à jouer leur rôle de veille. Elles doivent poursuivre les actions de plaidoyer auprès des autorités gouvernementales pour le respect des engagements pris dans les plans d’action nationaux budgétisés des pays, avec l’aide des adultes et des partenaires techniques et financiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *